Recherche

« janvier 2018 »
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
 

rss

Accueil > Patrimoine Bati > L’enceinte villageoise de Léotoing
télécharger l'article au format PDF

L’enceinte villageoise de Léotoing

Historique :

L’empreinte d’une charte :

Si le village actuel de Léotoing se situe en grande partie à l’extérieur de l’enceinte, il était construit à l’intérieur durant le Moyen Age. S’il ne subsiste plus d’habitations médiévales en raison des reconstructions, l’église paroissiale est toujours en place, à proximité du château.

Cette communauté villageoise était suffisamment importante pour qu’en 1264, Robert Dauphin lui accorde une charte de franchise. Les habitants étaient exemptés de taille et de corvées à la condition de reconstruire l’enceinte partiellement écroulée et de l’entretenir. Ils devaient en assurer la garde et nourrir sa suite lorsque le Dauphin séjournait au château.

Un simple mur :

L’enceinte est bien conservée dans son tracé général. De forme ovale, elle ne possède aucun flanquement et traduit la simplicité de sa conception. Sa hauteur est juste suffisante pour prévenir un coup de main mais ne permet pas de résister à un siège organisé. Cette courtine est précédée d’un fossé sec qui permettait de constituer un éperon barré, si commun en Auvergne.

Une porte fortifiée :

Le seul élément de fortification est la porte qui, au XIIIème siècle, était simplement percée dans la muraille.
Deux siècles plus tard, deux piliers sont construits en avant de cette porte afin d’établir un mâchicoulis sur arc.
Edifiée au milieu du XIIIème siècle, l’enceinte est réparée au XIVème siècle, sur les injonctions de Robert Dauphin en raison des menaces anglaises ;
Dans son état actuel, elle annonce une construction du XVème siècle qui constitue un élément plus dissuasif que défensif.